Judgment-Image

[Traduction: Anglais | Italien | Espagnol]

Il semble qu’il y a souvent une délimitation claire entre ceux qui sont acceptés à l’église et ceux qui ne le sont pas. C’est de nature humaine de pointer du doigt et de dire : «ils ont péché donc ils sont mauvais».

La clé pour comprendre les enseignements de Jésus sur le jugement et la critique est d’examiner l’état de notre propre cœur.

Voici 5 raisons pour lesquelles nous jugeons facilement les autres:

1.  L’Apparence du  Bien

L’une des raisons pour lesquelles les gens sont prompts à critiquer est que nous sommes mariés à l’apparence du bien au lieu de juger de façon  appropriée le bien et le mal. Nous avons une très belle apparence à l’église: nous faisons les bonnes choses, nous semblons être poli(e)s – bien habillé(s)s, nous avons de bonnes manières, nous citons la Bible par cœur … Ça devient un spectacle de ce qui est « bien » selon les standards humains, mais nous ignorons le cœur du croyant en question. Cela nous pousse à mener une vie double.

Dieu est beaucoup plus intéressé en l’état de votre cœur et non pas en votre apparence de « bien » ou vos gestes.

Approchez-vous encore plus de Jésus et la puissance du Saint-Esprit en vous convaincra votre cœur à faire ce qui est juste. 

2. Jalousie Non- Résolue

La critique dans l’église provient souvent d’une jalousie cachée entre les membres de l’église. Cette jalousie montre que nous sommes encore contrôlés par nos propres désirs (1 Corinthiens 3:3).

Si nous commençons à nous défendre, nous devenons malheureusement comme ceux qui nous critiquent. En concentrant votre attention sur ces personnes et leurs critiques, vous augmentez la puissance du péché de la critique et de la jalousie.

En réalité, ceux qui vous critiquent le plus sont ceux qui ont le plus profond désir d’être aimés. Dieu exposera les cœurs jaloux et les remplira avec Son amour. Son amour ne nous permettra pas de condamner ou de faire trébucher les autres.

Concentrez-vous à aimer ceux qui vous critiquent, comme l’a fait Jésus.

3. Manque de Pardon

Jésus a dit que nous devons pardonner aux autres, comme nous espérons être pardonné par notre Père Céleste (Matthieu 6:14). Ceux qui sont pardonnés, pardonnent aux autres.

Mais qu’en est-il des gens qui sont incapables de se pardonner? Ne pas pardonner vos péchés du passé est une forme de fierté. La fierté aveugle le besoin de miséricorde pour soi.

Demandez à Dieu de vous aider à ne plus JAMAIS avoir un cœur impitoyable.

4. Pharisaïsme

Satan aveugle les gens par l’esprit de fierté. Il leur fait croire que lorsqu’ils ont raison sur un sujet en particulier, ils sont justes en eux-mêmes.

Nous sommes prompts à condamner les personnes sexuellement immorales mais on oublie que le mensonge est aussi un péché qui nous condamne à l’enfer. En condamnant les autres, nous parvenons à ressentir une sorte de supériorité et oublions que nous nous tenons debout par la grâce de Dieu.

La Bible n’existe pas pour juger, mais pour refléter notre état. 

5. On N’a Pas Aimé Comme Jésus a Aimé

L’amour couvre une multitude de péchés. Si l’amour ne voit que le bien chez les autres, alors l’amour n’accuse pas. Jésus nous aime en oubliant notre péché et Il insiste sur le fait que nous devons faire la même chose pour les autres: Jésus a investi son temps pour gagner un seul pécheur, Zachée (Luc 19: 1-9). Seulement par Son amour, Il a convaincu Zakaria.

Lorsque les pécheurs voient l’amour en vous, ils voient Jésus.

 Au lieu de dire aux gens ce qui ne va pas avec eux, parlez de ce que Jésus a fait pour vous.

MAIS LA BIBLE NE NOUS DONNE-T-ELLE PAS LICENCE POUR JUGER LES AUTRES ?

Beaucoup sont prompts à souligner que nous devons nous juger les uns les autres en tant que chrétiens, dans la vérité. Mais nous ne prêtons pas attention à toute la vérité.

Nous trouvons la réponse dans Romains 14: « 1 Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions. 2 Tel croit pouvoir manger de tout : tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes. 3 Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l’a accueilli. 4 Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir. 5 Tel fait une distinction entre les jours; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. 6 Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu. 7 En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même. 8 Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. 9 Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants. »

Voici quelques détails à noter dans ce verset.

  1. Vs 3 « …car Dieu l’a accueilli. » Le sens même du christianisme est la justification par la foi. Dieu a justifié tes frères et sœurs en Christ,  par la foi. Ils sont justes et sont acceptés par Dieu.
  2. 2) Vs 4 « Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, cela regarde son maître. » Donc, cette deuxième grande vérité est que votre frère donnera un compte pour sa vie devant son propre maître, et vous n’êtes pas ce maître! Le jugement est à venir. Mieux vaut prendre garde à toi.
  3. Dans le verset 4, Paul exprime son fort point de vue sur la persévérance des Saints – les Saints en désaccord et les Saints imparfaits. « Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l’affermir.»

Dieu nous gardera et nous soutiendra au dernier jour. Jude 1:24: « Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse. »

  1. « Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. » Cela signifie que nous pouvons forcer les gens à croire ce que nous croyons. Plutôt que de faire cela, aimez-les patiemment jusqu’à ce que le Saint-Esprit leur révèle Son cœur.

Cela signifie aussi que nous devons aimer inconditionnellement. Nous ne devons pas condamner les autres ou nous condamner nous-mêmes.

UTILISONS-NOUS LA SAGESSE ?

Les Ecritures doivent être proprement reliées à leur contexte. Dans 1 Corinthiens 5 :12, nous lisons le passage suivant : « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? » Ce verset se réfère aux personnes qui ont été immorales, sans repentance.

Souvenez-vous de Galates 6 :1 «Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. »

Ôte premièrement la poutre de ton œil, comme le dit Matthieu 7 :5 « Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. »

Utilisez le discernement spirituel. Nous devons utiliser le discernement spirituel – est-ce que c’est vraiment ma mission de corriger un frère ou une sœur en Christ? Leur problème est-il plus profond que ce que vous voyez à la surface? Êtes-vous spirituellement équipés pour le faire?

Souvent, dans l’église, les doigts sont pointés vers les autres. Avez-vous d’abord pris le temps de les aimer? Leur avez-vous donné l’espoir qu’ils sont aimés et acceptés?

La Bible dit : « Si tu éloignes du milieu de toi le joug, Les gestes menaçants et les discours injurieux, Si tu donnes ta propre subsistance à celui qui a faim, Si tu rassasies l’âme indigente, Ta lumière se lèvera sur l’obscurité, Et tes ténèbres seront comme le midi. » (Ésaïe 58:9-10)

 bowing-in-prayerVOICI MA PRIERE POUR VOUS AUJOURD’HUI:

Que votre cœur soit rempli de l’Amour de Dieu. Que les pécheurs voient Sa lumière en vous – Sa grâce en vous les transformera.

Que Dieu vous utilise pour amener une personne au salut aujourd’hui.